Interview de Muriel Garcia dans Dynamique-mag : Mettre en place l’Innovation Participative

AccueilToutes les actualitésActualitéInterview de Muriel Garcia dans Dynamique-mag : Mettre en place l’Innovation Participative

partager :

sur Facebook sur Twitter sur Linkedin sur Google + par email Imprimer

Publié le 16 septembre 2019 dans Actualité

Votre association s’appelle toujours Innov’Acteurs ?

L’association existe depuis 2002 et fait la promotion de l’Innovation Participative, qu’on a tendance aujourd’hui à appeler parfois innovation collaborative ouverte. Nous réalisons une multitude d’activités dans le but de faire connaître et travailler sur les bonnes pratiques. Nous avons notamment créé un référentiel qui a été mis à jour il y a 2 ans. Nous avons reconsidéré la définition pour présenter les nouvelles perspectives de développement. Il y a toujours 7 axes et la définition met désormais en avant l’intelligence collective, sujet intrinsèque de l’Innovation Participative. Il existe une réelle utilité stratégique pour les organisations à mettre l’Innovation Participative en place. On ne fait pas de l’innovation pour faire de l’innovation. Il s’agit d’un véritable enjeu de développement et de croissance. Sur tout ce qui concerne la gouvernance et le management, nous sommes en capacité de dire qu’il existe une chaîne d’acteurs : le manager, les experts mais aussi maintenant les parties prenantes externes.

Pourquoi fait-on appel à l’Innovation Participative dans les entreprises ?

Parce qu’il s’agit d’une démarche qui est fondée sur le talent humain et la capacité de créativité des personnes. Nous sommes dans une logique de compétences. Comme le dit Françoise Aubry et ce n’est pas nouveau « c’est celui qui fait qui sait ». Il s’agit donc des personnes humaines dans leur environnement, dans leurs écosystèmes par rapport aux interactions entre personnes qui sont en capacité de trouver la bonne idée magique. Celle qui fait que cela va se transformer en invention puis en une innovation. Cette démarche est vraiment fondée sur l’humain et quand on observe les enjeux de l’intelligence artificielle et du transhumanisme, il est essentiel de repositionner cela, surtout si on y greffe les enjeux sociétaux où on veut une qualité de relation humaine, de proximité, de bien vivre ensemble.

Lire l’intégralité sur : dynamique-mag.com

ut Donec tempus commodo efficitur. Lorem amet, id,